Une nouvelle plateforme digitale permettant aux enseignant(e)s de partager et vendre leurs documents et ressources scolaires en quelques clics – telle est l’innovation de la jeune entreprise Partager Apprendre qui vient de rejoindre notre programme d’accompagnement.

En ligne depuis octobre 2021, la plateforme Partager-Apprendre.ch est une première en Suisse. Elle donne la possibilité aux professeur(e)s d’y déposer des ressources d’enseignement de leur création, que ce soit du texte ou des éléments graphiques, puis de les partager gratuitement ou de les vendre à un prix de leur choix. Sur le site, le visiteur peut facilement naviguer entre les ressources disponibles à l’aide de filtres tels que le degré d’enseignement, la branche ou encore le prix.

Sarah et Anis Saihi, les cofondateurs de Partager Apprendre, ont conçu une place digitale permettant de centraliser et partager en toute simplicitédes ressources de qualité adaptées au système scolaire suisse. Institutrice de premier cycle, consciente qu’un tel système n’existait pas jusqu’à présent, Sarah a misé sur son expérience personnelle pour imaginer un moyen pour les enseignants de gagner du temps. Et ce avec succès : depuis son lancement, la plateforme dénombre déjà 950 inscriptions, 37’938 téléchargements et 823 ventes de documents. En parallèle, l’équipe est aussi en train de développer de nouvelles solutions ayant pour but de faciliter la digitalisation de l’enseignement. Celles-ci pourraient potentiellement devenir un atout dans le cadre de la stratégie d’éducation numérique présentée récemment par le Conseil d’Etat fribourgeois.

Avec un marché potentiel de plus de 97’000 enseignant(e)s en Suisse, dont un peu moins du tiers en Romandie, et sa position de pionnier dans ce secteur, Partager Apprendre a entièrement convaincu l’équipe Fri Up de son potentiel. Il reste pour ses cofondateurs des défis de taille, notamment d’assurer la qualité irréprochable des documents mis en ligne et de pérenniser leur modèle d’affaires afin de pouvoir croître rapidement. Nous allons soutenir cette start-up sur ces points ainsi que dans les domaines de l’analyse de marché, de la propriété intellectuelle, du marketing et, par la suite, d’une expansion en Suisse alémanique.

Le comité de Fri Up a nommé Yann Steulet pour succéder à Grégory Grin au poste de directeur de Fri Up. Son entrée en fonction est prévue pour le 1er avril 2022.

Diplômé de la Haute école de gestion de Fribourg (HEG-FR), ancien joueur élite de hockey, Yann Steulet a travaillé plusieurs années au sein de l’Institut PME de la HEG-FR avant d’occuper des postes de direction dans des entreprises actives sur des marchés technologiques en constante évolution. Âgé de 44 ans, ce résident de Villars-sur-Glâne, bénéficie d’une solide expérience de lancements de nouveaux produits et de nouvelles marques, de nouveaux modèles d’affaires et de créations de spin-off. Le comité de Fri Up est convaincu que Yann Steulet saura valoriser son parcours professionnel et son état d’esprit entrepreneurial dans ses nouvelles fonctions qui prendront effet le 1er avril prochain.

Grégory Grin qui, depuis plus de cinq années, a assuré la direction de Fri Up ainsi que le secrétariat général de la fondation Seed Capital Fribourg, quittera ses fonctions à la même date. Il a dans ce rôle contribué à une croissance constante des activités et à la réalisation de la mission de Fri Up.  En 2021, Fri Up a soutenu encore plus de personnes (+19,5%) souhaitant lancer leur propre entreprise qu’en 2020, déjà une année exceptionnelle. Le comité de Fri Up remercie chaleureusement Grégory Grin pour son grand engagement et son excellent travail et lui souhaite plein succès dans l’aventure entrepreneuriale dans laquelle il a décidé de se lancer.

Des vêtements de trail running de haute performance confectionnés dans le canton de Fribourg et assurés à vie en cas de dommages – voici le projet innovant et résolument durable de la start-up fribourgeoise Revario que nous avons le plaisir de soutenir dans le cadre de notre programme d’accompagnement.

Lorsqu’il s’agit d’affronter la montagne en courant, mieux vaut être en possession d’un équipement qui tiendra le choc. En magasin de sport, le choix de vêtements de sport est large et comporte une problématique majeure : le commerce du textile qui produit ces articles est la troisième industrie la plus polluante au monde. C’est là que Revario intervient. Installée à Marly dans le canton de Fribourg, la start-up a choisi de mettre une approche circulaire au cœur de son modèle d’affaires et d’offrir une alternative locale et respectueuse de l’environnement aux articles transportés depuis l’autre bout de la planète.

Les débardeurs, pulls, t-shirts, leggins et shorts proposés par Revario sont confectionnés à base de matériaux recyclés provenant d’un rayon de 600 kilomètres autour du site de production à Marly. Par exemple, une partie du nylon est produite à base de filets de pêche abandonnés récupérés dans la mer Adriatique. L’assemblage final des habits est entièrement réalisé dans le canton de Fribourg. Chaque achat est envoyé par la poste dans un paquet retournable et réutilisable plusieurs centaines de fois. Enfin, Revario propose un service inédit de réparation à vie (hors usure naturelle) pour les déchirures de tissus et les fermetures-éclair défectueuses. Ambitieux, ce service souligne l’optique résolument circulaire du modèle d’affaires de la start-up.

Créée en 2020, Revario a choisi de s’installer dans le canton de Fribourg pour renforcer sa collaboration avec les écoles de couture cantonales et pour développer son activité commerciale à la fois en Suisse romande et en Suisse alémanique. Fri Up va accompagner son équipe notamment dans le développement de ses produits, leur commercialisation ainsi que la recherche de partenaires financiers pour poursuivre l’expansion de l’entreprise.

www.revario.ch

La start-up fribourgeoise Boukii développe une application innovante qui crée un lien digital direct entre les écoles de sports, les moniteurs et leurs clients. Accompagnée depuis novembre 2021 par Fri Up, Boukii ambitionne de simplifier la réservation des cours de sport et d’optimiser la gestion interne des clubs sportifs.

Prévue pour PC, tablette et smartphone, l’application Boukii s’adresse dans un premier temps au domaine du ski. La solution digitale propose trois interfaces distinctes en fonction des utilisateurs, la première étant destinée aux écoles de ski. Ces dernières peuvent utiliser Boukii pour gérer l’offre et le planning de leurs cours, leurs équipes de moniteurs ainsi que toutes leurs démarches administratives et de promotion.

La deuxième interface s’adresse aux familles. Boukii leur permet de trouver et de réserver en quelques clics le cours idéal en fonction du lieu, du type de formation, de la date et de l’heure souhaités. Les clients créent également un profil sportif comprenant leur niveau de ski. De cette manière, l’application peut leur proposer automatiquement les cours et les moniteurs les plus adaptés à leurs besoins.

La troisième interface de Boukii permet aux moniteurs d’optimiser la préparation de leurs cours. Ils disposent des données enregistrées par les participants, connaissent à l’avance le niveau de leurs élèves et peuvent ainsi composer une journée de ski pratiquement sur mesure. C’est d’ailleurs l’objectif principal de Boukii : créer une adéquation parfaite entre l’école, le moniteur, le cours et le skieur.

Actuellement en pleine phase de test entre-autres dans les stations des Paccots (FR) et de Villars-sur-Ollon (VD), l’application Boukii devrait être disponible commercialement au mois de juin 2022. Dans un premier temps, la start-up souhaite conquérir le marché du ski en Suisse puis s’étendre à d’autres sports de clubs. Elle dispose pour cela du soutien de Fri Up notamment pour le développement de sa solution digitale, son lancement commercial et son accès à de nouveaux marchés. Elle bénéficie également d’un soutien financier de la fondation Seed Capital Fribourg.

www.boukii.ch

Un système anti-cambriolages baptisé Kevin, un boitier intelligent qui améliore l’efficience énergétique des bâtiments et un service de plantation d’arbres avec suivi de croissance – tels sont les projets des start-up fribourgeoises Mitipi, yord et Almighty Tree qui viennent de rejoindre notre programme d’accompagnement !

Mitipi : Kevin, seul à la maison, met en fuite les cambrioleurs. C’est d’un film culte que l’équipe de Mitipi s’est inspiré pour baptiser son dispositif novateur anti-cambriolages. « Kevin » est un petit boîtier de la taille d’une enceinte bluetooth capable de simuler de façon réaliste la présence humaine dans une maison ou dans un appartement vide. Il contrôle les lumières, crée des jeux d’ombres, diffuse de la musique ainsi que des bruits et des conversations de toute sorte que son utilisateur peut personnaliser. Grâce au potentiel de dissuasion de Kevin, Mitipi innove par rapport aux systèmes de sécurité habituels en agissant en amont du cambriolage, avant qu’il ne soit trop tard. Croyant que quelqu’un est à la maison, le voleur va choisir une autre cible. Fri Up soutiendra Mitipi notamment dans son accès au marché, son marketing et sa recherche de capitaux.

www.mitipi.com

yord : Fondée par quatre ingénieurs de la HEIA-FR, la start-up yord propose une solution innovante au problème de la surconsommation énergétique du parc immobilier suisse. Celle-ci prend la forme d’un boîter baptisé « yox ». Grâce à l’intelligence artificielle, yox est capable de réguler de manière optimale et autonome le chauffage, la ventilation et la climatisation des bâtiments du domaine privé et public. L’algorithme développé par yord combine les mesures internes du bâtiment (température, humidité et CO2) avec des données externes telles que les prévisions météo. Grâce à ces différentes données, yox comprend le comportement thermique du bâtiment, est opérationnel dès le premier jour d’installation et permet de réaliser des économies d’énergie pouvant atteindre 30% de la consommation habituelle. Fri Up soutiendra yord notamment dans son marketing et ses levées de fonds.

www.yord.ch

Almighty Tree : Conséquence du changement climatique, les forêts suisses sont en détresse. Pour contribuer à l’écosystème helvétique, Gilles Suard, ancien étudiant de la HEG-FR, et sa sœur Aline ont fondé Almighty Tree. Ensemble, ils proposent aux privés et aux entreprises un service personnalisé de plantation d’arbres. Le but est de rendre la plantation d’arbres accessible à toutes et tous. Pour améliorer la traçabilité et le suivi des arbres plantés, Almighty Tree a également développé un « Tree Tracker » permettant aux planteurs de connaître l’emplacement exact et les caractéristiques de l’arbre dont ils sont parrains. Avec déjà plus de 7’000 arbres plantés, 600 planteurs et 60 entreprises partenaires, la start-up connait un beau succès. Fri Up soutiendra Almighty Tree notamment dans son organisation et son acquisition de parts de marché en Suisse alémanique.

www.almightytree.ch

Nous avons le plaisir d’accueillir Pauline Musy au sein de l’équipe de Fri Up en tant que conseillère en création d’entreprise !

Entrepreneure chevronnée, Pauline est la fondatrice et directrice de Trip-it-up Sàrl (organisation de voyages sur-mesure) ainsi que de ses sociétés soeurs Van-it-up (location et aménagement de vans), Advise-you-Up (conseil management et RH pour PME) et SuissePiste (organisation de séjour surprise en Suisse).

Avant sa décision de se rendre indépendante en 2013, Pauline a eu un parcours professionnel riche, notamment au sein de Nestlé. Manager expérimentée, elle est experte dans les domaines suivants : Supply Chain, Lean Management, Opérations, ressources humaines et gestion de projets.

Nous sommes heureux de l’accueillir parmi nous soutenir la création d’entreprise dans le canton de Fribourg.

 

Le vent entrepreneurial qui souffle sur le canton de Fribourg ne faiblit pas, au contraire. Après 2020, Fri Up pourrait bien battre cette année aussi tous ses records en matière de soutien à la création d’entreprises. C’est le constat réjouissant présenté par l’organisation dans le cadre de son assemblée générale 2021 tenue sous forme virtuelle.

Fin mai 2021, l’équipe de Fri Up a déjà répondu à 206 demandes de conseil, soit 56% de plus qu’à la même période en 2020, année record jusqu’à présent. Durant ces cinq mois, Fri Up a soutenu plus de personnes que sur toute l’année 2017. La dynamique entrepreneuriale du canton de Fribourg est en plein essor, un constat réjouissant communiqué par le président de Fri Up Pierre Esseiva aux membres dans le cadre de l’assemblée générale 2021.

Le soutien aux projets fribourgeois innovants n’est pas en reste. Quatre nouvelles start-up ont intégré le programme d’accompagnement de Fri Up depuis le début de l’année 2021 : Neuria, Vixelia, Lowimpact food et D4P. Le programme de soutien aux projets étudiants « Student Venture Program » lancé en collaboration avec la HES-SO Fribourg bat lui aussi son plein avec dix projets étudiants ou de transfert technologique accompagnés depuis le début de l’année.

L’assemblée générale 2021 a également été l’occasion d’accueillir M. Jacques Genoud, directeur de la HES-SO Fribourg, au sein du comité de Fri Up. Ce dernier succède à M. Jacques Bersier qui, après 32 ans passé au sein du comité de Fri Up, a pris une retraite bien méritée. Dans un portrait vidéo publié en son hommage, M. Bersier a eu l’occasion de revenir sur les débuts de Fri Up en 1989 et du rôle important qu’il a joué dans la naissance de l’organisation.

Fri Up et l’Unité de développement durable du canton de Fribourg lancent une campagne pour sensibiliser les entreprises fribourgeoises à la durabilité. 

Pour inspirer l’économie à choisir la voie de la durabilité, Fri Up et l’Etat de Fribourg mettent en avant des start-ups engagées qui proposent des produits et services écologiques et/ou éthiques, tout en s’efforçant d’appliquer les principes de l’inclusion, de l’écologie et de l’éthique et à elle-même et à leurs fournisseurs.

Trois vidéos pour trois entreprises sont prévues en 2021. La première met à à l’honneur Okapaï, une start-up fribourgeoise qui produit des pailles naturelles comestibles (pailles à base de marc de fruit) ou compostables (pailles en paille biologique).

Pour aider les entreprises souhaitant s’orienter vers plus de durabilité, l’Etat de Fribourg a également lancé une nouvelle page internet regroupant plusieurs outils permettant de mettre en place un modèle d’affaires durable : https://www.fr.ch/travail-et-entreprises/entreprises/entreprises-durables-par-ou-commencer

Une poudre protéinée à base d’insectes et une solution digitale pour tracer les médicaments, voici les projets innovants des start-up fribourgeoises D4P et Lowimpact food qui ont rejoint le programme d’accompagnement de Fri Up.

Lowimpact food :

Comment nourrir la planète en 2050 face à une population grandissante et des ressources limitées ? La réponse de Lowimpact food est de miser sur les insectes. Ces derniers représentent une excellente source de protéines dont la production génère un impact écologique nettement moins grand que la viande traditionnelle. Seul hic : dans l’assiettes, les insectes sont souvent perçus comment peu appétissants. La start-up a donc mis en place un procédé innovant pour aider les estomacs sensibles à amorcer leur transition alimentaire. Installée sur le campus d’AgriCo à St-Aubin, son équipe élève des vers à farine nourris à la drêche de brasseries et de producteurs de jus de fruits. Les insectes sont transformés en poudre ultra protéinée pouvant facilement être incorporée dans différents aliments, par exemple des pâtes ou des barres de céréales. Durable et circulaire, le projet de Lowimpact food a convaincu Fri Up qui va soutenir son équipe notamment pour les levées de fonds à venir, la mise sur le marché et la poursuite des activités de recherche et développement ainsi que de transfert technologique.

www.lowimpactfood.ch

D4P : Aujourd’hui en Suisse, près de la moitié des 2,2 millions de personnes atteintes de maladies chroniques ne prennent pas correctement leurs médicaments. Qu’il s’agisse d’un oubli ou d’une quantité incorrecte, cette non-adhésion thérapeutique coûte chaque année plus de 30 milliards de francs au système de santé. En réponse à cette problématique, la start-up D4P – Dose for Patient a développé une solution digitale permettant de tracer les médicaments de leur commande jusqu’à la prise par le patient. Grâce à une app développée par D4P, les pharmaciens peuvent scanner chaque médicament commandé lorsqu’ils préparent les semainiers des patients. Ces derniers utilisent également l’app pour obtenir un rappel de quand et dans quelle quantité prendre leurs médicaments ainsi que pour valider qu’ils les ont pris. Pour les personnes non-autonomes, c’est le proche-aidant ou l’aide-soignant qui s’en charge. L’application de D4P ouvre également un canal de communication direct entre le pharmacien et le patient grâce un agent conversationnel (« chatbot »). Convaincu par cette innovation, Fri Up va soutenir D4P dans la validation du modèle d’affaires, la levée de fonds et la mise en relation avec des acteurs de la santé et des EMS du canton de Fribourg.

www.d4p-pharma.ch

Changer ses mauvaises habitudes alimentaires en jouant. Voici ce que propose la start-up fribourgeoise Neuria . Cette spin-off de l’université de Fribourg a développé une thérapie digitale novatrice destinée à la population suisse en surpoids.

Dans un décor de restaurant typique américain, différents aliments défilent à l’écran. Entre un céleri et une carotte, une frite s’ajoute soudainement au tableau. La règle de « The Diner » est simple : le joueur doit sélectionner le plus vite possible les aliments sains et se retenir devant ceux qui sont malsains. Chaque réussite lui confère des ressources pour acheter des bonus et augmente la difficulté du jeu tandis que les erreurs réduisent sa barre de vie.

Issue des recherches d’une équipe pluridisciplinaire d’experts en neurosciences de l’université de Fribourg et de développeurs professionnels des jeux vidéo, « The Diner » est en réalité une thérapie digitale qui entraîne le cerveau à abandonner durablement à la consommation excessive de nourriture malsaine. En Suisse, l’enjeu est de taille : près d’une personne sur deux est en surpoids.

L’équipe de Neuria mise sur un mécanisme d’action breveté qui permet de moduler petit à petit les réponses des systèmes cérébraux de motivation et de récompense. Chaque fois que le joueur retient son geste devant un aliment malsain dans le jeu, il en diminue progressivement l’attrait dans la vie réelle. S’il en a moins envie, il n’a plus besoin de faire autant d’effort pour ne plus le consommer. Grâce à cet effet, Neuria élimine le besoin de discipline qui représente la cause principale des échecs des régimes traditionnels.

« The Diner », qui se joue sur tablette et smartphone, est actuellement proposé aux institutions de santé en tant qu’option thérapeutique. Neuria prévoit de développer des versions futures adressant la consommation d’alcool et le tabagisme. La start-up fribourgeoise est soutenue par Fri Up dans le développement de marché, la stratégie marketing et l’organisation de l’entreprise.

www.neuria.ch