Medtech – Depuis le 1er juillet, nous avons le plaisir d’accompagner la start-up fribourgeoise Swibrace spécialisée dans le développement de traitements orthopédiques non-invasifs.

Son équipe a mis au point une attelle innovante qui remplace l’opération chirurgicale lors de fractures au poignet, notamment chez les seniors. Toute l’innovation de la start-up fribourgeoise repose dans son procédé de fabrication. Avec l’appui d’un médecin, le patient prend tout d’abord des photos de son autre poignet intact. Sur la base de ces photos, Swibrace utilise une technologie brevetée pour modéliser, en quelques minutes, une attelle qui viendra parfaitement soutenir le poignet fracturé. La start-up l’imprime ensuite en 3D et la livre en moins de trois jours. Conçue sur mesure, l’attelle peut être serrée ou desserrée à tout moment en fonction du gonflement du membre blessé. Cette solution remplace efficacement l’intervention chirurgicale, évitant ainsi les cicatrices et les éventuelles complications.

Swibrace est également en phase de certification d’un traitement novateur contre le syndrome du canal carpien et le doigt à ressort. Son équipe a développé un instrument chirurgical de la taille d’une aiguille qui permet, sous échographie, de libérer de manière percutanée le poignet ou le doigt. Cette méthode offre une alternative particulièrement intéressante à l’intervention chirurgicale courante, car elle évite une incision suturée et donc une cicatrice visible. De plus, elle permet au patient de reprendre immédiatement ses activités habituelles, contre un temps habituel de rétablissement de plusieurs semaines.

Convaincus du potentiel de ces deux innovation, nous accompagnons dès à présent Swibrace dans les différents aspects de son développement et dans sa levée de fonds. Une étape importante a déjà été franchie dans ce domaine, puisque Swibrace vient d’obtenir un premier prêt d’amorçage de la fondation Seed Capital Fribourg à hauteur de 100’000 francs.

www.swibrace.com

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] More information (in French) here […]

Les commentaires sont désactivés.